Initial D

L’oeuvre

Né en 1995 de la main de Shuichi Shigeno, le manga se termine après 18 ans et 48 tomes prépubliés par Young magazine (Akira, Chobits,  Prison school, xxxHolic). En France, la série est publiée par Kazé depuis 2009.

 

Le manga fut adapté en anime de 1998, pour la première saison, à 2014, pour la dernière et sixième saison. S’ajoute à cela deux OAV “Extra stage” montrant ce qu’il se passe chez les autres personnages (ya pas que Takumi non plus!) et deux OAV “Battle stage” ne reprenant que les scènes de courses.

 

Suite à ça, une trilogie, New Initial D: The Movie, sert de reboot à la série de 2014 à 2016 (un film par an).

Synopsis

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le nom “Initial D” (honte à eux!), il s’agit d’un manga de sport automobile.

 

Takumi Fujiwara déteste conduire et pourtant, pour aider son père, il livre chaque jour le tofu de la boutique familiale et ce depuis des années. Faisant ces livraisons le plus rapidement possible pour se débarrasser de cette tâche, il connaît les routes du mont Akina par cœur.

 

Entraîné malgré lui dans les courses de montagne, Takumi se découvrira une véritable passion pour la conduite sportive.

Ce que j’en pense

“Un truc de voiture? Non pas un fast and furious!” pensez-vous? Et bien, les voitures ce n’est pas non plus mon dada et pourtant, les japonais savent rendre tout et n’importe quoi intéressant (la boxe, la cuisine, les sumo, le jeu de go, le pain, le vin…).

 

Bon, je vous l’accorde, j’ai quand même juste regardé parce que c’est culte et que je me disais qu’il fallait un jour que je le vois (on n’échappent pas aux classiques, qu’ils soient bon ou non).

 

Verdict?

 

Divertissant. J’aurais du mal à donner plus de qualité à cet anime, le rythme est souvent lent, dans les courses comme dans la narration, ce qui est assez paradoxale et dommage vu le sujet. Les histoires montrées en dehors des courses sont sans grands intérêts et, mise à part le personnage principal pour qui c’est malgré tout léger, les personnages n’évoluent pas du tout. Donc entre deux courses, ont voient des scènes du quotidien et des “histoires d’amour” pas vraiment utiles ou intéressantes et durant les courses, on écoute patiemment les explications des spectateurs sur les raisons de gagner, ou non, des deux participants tout en sachant très bien quel en sera la finalité. Enfin les personnages sont assez peu détaillés et sont plus des caricatures que de vrai caractères bien définis.

 

Oui, mit bout à bout cela ne donne pas du tout envie. Pourtant j’ai regardé les 6 saisons et les 2 OAV “Extra stage”, soit 85 épisodes tout de même, et ce sans voir le temps passer, d’où mon “divertissant”. Conclusion, si vous êtes fan de voitures et/ou que vous souhaitez parfaire votre culture, allez-y, sinon n’essayez même pas.