Amnesia

L’oeuvre

Cette série de 3 tomes a vu le jour en 2009 sous la plume de Yoichiro Ono. Elle fut prépubliée par le magazine Comic Bunch (Hokuto no ken, Btooom!) au Japon et arrive en France en 2012 chez Glénat.

 

 

Synopsis

On a donc ici une série des plus courte, mais de quoi s’agit-il?

 

En 2038, à la suite d’un gigantesque flash lumineux, plus d’un million de Tokyoïtes sont frappés d’amnésie. Par peur d’une contagion, les victimes sont envoyées en quarantaine à Geofront, une cité souterraine, afin d’y vivre et d’y être étudié.

 

Ce que j’en pense

Avec un dessin assez moderne et de qualité, économisant parfois le décors par un fond blanc, parfois débordant de détails, ce manga traite avant tout du racisme. Les Kid’z, victimes de l’amnésie généralisée, sont appelés ainsi à cause de leur comportement jugé enfantin par les “valides” qui les dénigrent. Le sujet de la famille est également abordé, notamment avec l’idée de pouvoir, cette fois, choisir sa famille entre Kid’z.

Le traitement de ces sujets est plutôt bien amené et ne fait pas trop artificiel ou pompeux, se cachant aisément en fond, lançant une intrigue bien écrite évoluer rapidement.

Pouvant rappeler Death Note ou Code geass sur certains aspects (vous verrez de quoi je parle en lisant la fin 😉 ), cette oeuvre, bien que n’étant pas révolutionnaire, fait partie de ma liste de recommandation. Alors avec seulement 3 tomes, qu’est-ce qui vous retient?