Jeux d’enfants

L’oeuvre

Jeux d’enfants est un manga créé sous le nom de Kamisama no iutoori par Akeji Fujimura (dessinateur) et Muneyuki Kaneshiro (scénariste). Il fit son apparition en 2011 chez Kodansha (éditeur de Air gear, Akira, Beck, Fairy tail, GTO…) qui en édita 5 tomes.

En France, ils arrivent en 2014 chez Pika Seinen.

Une suite, qui en est actuellement à 21 tomes au Japon, a commencé en 2012 mais n’est malheureusement pas encore arrivée en France.

Enfin, une adaptation en film a vu le jour en 2014.

 

 

Synopsis

Shun Takahata, un lycéen de 16 ans, trouvait son quotidien ennuyeux jusqu’à ce qu’un daruma fasse son apparition en salle de cours et tue ses camarades les un après les autres…

Pour survivre à ces étranges événements, Shun devra gagner chacun des jeux qui se présenteront à lui.

 

 

Ce que j’en pense

Suivant la mode de son époque, Jeux d’enfants nous sert un nouveau survival game entre lycéen dont les japonais n’ont cessés d’être friands depuis Battle royale.

Ici, on se retrouve dans une œuvre totalement loufoque où bon nombre de choses non ni queue ni tête. Mais pour autant c’est plaisant. Les personnages sont plus ou moins tous tarés ou le deviennent à la suite des événements, avouons le, plutôt traumatisants et, comme souvent dans le genre, les personnages se surprendront à éprouver du plaisir à risquer leur vies et à prendre celle des autres. On jouera donc bien ici avec la psychologie et son évolution au fil des 5 tomes.

Pour ce qui est du dessin, même si certaines cases présentes parfois des personnages en arrière plan un peu déformé et mal proportionné, la grande majorité du temps le trait est propre et lisible. Rien de particulièrement magnifique mais rien à reprocher non plus (sauf dans les rares cas cités plus tôt).

S’inscrivant dans le même genre que Gantz, King’s game, Btooom! … Jeux d’enfants à son style bien à lui, plutôt surprenant et pas déplaisant.

 

Après avoir relu les mangas et recherché des informations sur internet pour faire cet article, j’ai découvert l’existence du film que j’ai donc regardé par curiosité.

Et bien, soyons clair, ne le regardez pas! Autant l’adaptation de I am a hero en film était un film de zombie moyen mais était sympathique à regarder en tant qu’adaptation d’une œuvre que j’aime, autant là que vous connaissiez/aimez ou non le manga, c’est mauvais.

Plus le temps passe plus le film prend des libertés par rapport à l’œuvre d’origine, mais le vrai soucis est que ces choix sont tous mauvais. On perd toute les qualités du manga.

Je n’ai donc pas envie d’en parler plus que ça, ne regardez pas le film, lisez juste les mangas.