Shinsekai yori

L’oeuvre

Ce light novel de 2008, écrit par Yusuke Kishi et publié chez Kodansha, s’est retrouvé adapté en manga ainsi qu’en anime courant 2012.

Les 7 tomes du manga sont dessinés par Toru Oikawa et publié dans le Bessatsu Shonen (et malheureusement jamais arrivés en France).

L’anime est produit par A-1 Pictures (Blue exorcist, Sword art online, Silver spoon…) et dure 25 épisodes. C’est uniquement de lui dont je parlerais.

 

Synopsis

Le monde semble être une utopie où grandissent une bande d’enfants aux pouvoirs télékinétiques. Mais derrière cette société parfaite semble se cacher bien des secrets que les enfants découvriront malgré eux au fur et à mesure de leur adolescence.

 

Ce que j’en pense

Je préfère avertir tout de suite que je risque grandement d’être peu objectif sur cet anime (comme sur tous les articles estampillés “Coup de cœur” j’imagine).

Graphiquement on est sur quelque chose d’assez simple. Disons que le style est commun, l’animation est fluide mais la qualité artistique de l’oeuvre ne réside pas sur ce point. Musicalement en revanche on a des soundtracks qui risquent de vous marquer (en bien) si vous êtes de genre à tendre l’oreille lorsque vous regardez un anime.

L’intrigue commence lentement, s’emballe, se re-calme… le rythme est assez irrégulier mais à mon sens bien maîtrisé. C’est la seule reproche que j’ai pu entendre à propos de cet anime (et qui ne gêne vraiment pas tout le monde). On passera donc de partie tranche de vie à d’autre beaucoup plus mouvementée.

Les sujets abordés et leur traitements sont une grande qualité de Shinsekai Yori qui réfléchi sur la sexualité (hétéro ou non avec exactement le même regard), sur notre société, le pouvoir, l’enfance et l’adolescence, la place de l’homme, la guerre et j’en passe. L’oeuvre est d’autant plus accessible que les thématiques sont là, on vous invite à y réfléchir par vous même après votre visionnage, mais ça ne gâche pas l’intrigue et si vous souhaitez juste un bon divertissement sans avoir à vous faire des débats philosophique avec vous-même, vous pouvez tout à faire mettre de côté ces questions. On n’est pas dans de la branlette intellectuelle pompeuse ni quoique ce soit du genre, juste une bonne oeuvre mêlant divertissement avec réflexion et questionnement.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle peut paraître complexe à suivre la première fois à cause de tout les secrets sur l’univers et un second visionnage donne un expérience encore plus appréciable puisqu’on comprend mieux chaque détails. Mais pour autant elle est bien écrite et même au premier visionnage on rentre dans ce monde étrange et beau, on s’inquiète pour ces enfants auxquels on s’attache assez rapidement.

 

Bref, vous l’avez compris, j’aime Shinsekai Yori et je serais bien incapable de ne pas vous inciter à aller regarder au plus vite cet anime !